Logo Chauch Blason Chauch

    Le menhir du « Champ de la pierre » et les nombreux outils néolithiques retrouvés attestent d’une très ancienne présence humaine sur les coteaux situés entre la Petite Maine et le Creux Noir.

     L’origine du toponyme Chauché reste énigmatique. La plus ancienne dénomination connue est « Chaucheyum » dans un document de 1468 : est-ce la déformation du nom d’un romain « Calpius » ou de « Chaucia » monceau de terre ? Et que dire de cette homonymie : Chauché, commune de Vendée et « Chauché gris » cépage cultivé dans le bordelais au moyen-âge et retrouvé récemment en Charente.

 

      A Chauché, il faut noter la présence d’un lieu-dit « l’Anguiller » dans un méandre de la Petite Maine : il y a eu là, au Moyen-Age, une enceinte en « Anglier » occupée un temps par une commanderie de templiers.

  

        Sur le plan religieux, en 1534, le pouillé de l’évêché de Luçon fait mention d’une paroisse desservie par dix prêtres, d’un prieuré (situé derrière l’église) et de plusieurs chapelles dont la « Chapelle Bégouin » située au hameau de la Chapelle.

 

      A l’époque moderne, le territoire de l’actuelle commune, dépend de plusieurs seigneuries : l’Anguiller, Puytesson et la Rabastelière.

 

      Durant les guerres de Vendée, le 2 février 1794, Chauché fut un lieu d’affrontements entre les républicains du général Grignon et les combattants de Charrette.

 

     De ce passé, outre le menhir du « Champ de la pierre » il reste deux logis de l’époque moderne : celui de l’Anguiller et celui de la Boutarlière  avec un porche remarquable datant de 1620.

 

 

  

Pour en savoir plus :blason
Livre  « Le chant de la pierre » : association le Chant de la pierre
Livre   « Canton de saint Fulgent » : association patrimoine du canton de saint Fulgent
Livre   « Le patrimoine des communes de la Vendée » : éditions FLOHIC